EXPOSITION
Merveilleux mouvements…surprenantes mécaniques
LIEU
Musée international d'horlogerie,
Rue des Musées 29, 2300 La Chaux-de-Fonds
HEURES D'OUVERTURE
Du mardi au dimanche, de 10h00 à 17h00

Automates & merveilles à la Chaux-de-Fonds :
Merveilleux mouvements… surprenantes mécaniques

Le Grand Magicen, Maillardet, coll. MIH
Coll. Museum für Musikautomaten, Seewen

Les automates sont souvent conçus comme objets de présentation et de démonstration dans le but d'étonner, d'émerveiller et de surprendre le public.

Étonner, émerveiller, surprendre sera par conséquent la thématique de base de l'exposition temporaire présentée au Musée international d'horlogerie.

La pièce phare de cette exposition sera La Musicienne d'Henri-Louis Jaquet-Droz, dont découle un des points forts de la thématique, la production musicale automatisée, représentée par des boîtes et automates à musique, des Orgues de Barbarie, des instruments de musique mécanique, ainsi que toutes sortes de carillons et jeux de cloches.

Afin de surprendre et d'étonner le public, des horloges mystérieuses, des mécanismes à mouvement perpétuel, des automates "célestes" tels que des planétaires et des horloges à indications astronomiques complexes seront présentés et constitueront un autre point fort de l'exposition. Un ensemble d'objets destiné à démontrer que la capacité des mécaniciens et horlogers du 18e siècle à inventer et construire de tels instruments persiste aujourd'hui.

En 34 stations, du bassin de l'entrée du musée au Carillon monumental du Parc des musées, le visiteur sera entraîné à découvrir le mouvement des automates et le son des horloges à musique. Les clés deviennent l'emblème des haltes proposées, chacune portant une légende en rapport avec le sujet :

  • les surprenantes mécaniques de l'horloge « à mouvement perpétuel » des Geiser ou de l'horloge monumentale de Vachey
  • les merveilleux mouvements des deux couples d'éléphants monumentaux ou des magiciens des Malliardet
  • la musique du ciel des planétaires des Ducommun ou Janvier
  • la musique ludique des créations de l'artiste bâlois Martin Müller ou des réveils à automates
  • la musique de salon des pendules la Cigogne et le Renard ou la Musicienne de Jaquet-Droz
  • la musique de poche des tabatières à oiseaux ou des montres à jacquemart et musique
  • la musique contemporaine du Carillon monumental.

L'exposition se veut vivante et interactive : chaque jour résonnera à intervalle régulier le son de l'Orgue de Barbarie ou celui de l'automate de Gare, alors que les grands automates du 18e siècle à nos jours seront proposés dans le Théâtre des automates en référence à leur utilisation première : de telles pièces étaient en effet souvent présentées lors de foires annuelles, moyennant une entrée payante, et étaient à l'origine conçues pour ce genre de mise en scène. La Musicienne, accompagnera une précieuse cage à oiseau, le grand magicien des Maillardet ou encore le Tapis volant, œuvre contemporaine de François Junod lors de démonstrations selon un horaire défini :

Une des stations de la visite, et non des moindres, est dédiée à Robosphère [futur parc qui utilisera le monde fascinant des robots pour nous inciter à réfléchir à nos rapports avec la technologie]. Cette section donne un aperçu de l'univers des robots, héritiers électro-informatiques des automates mécaniques. Le ressort, source d'énergie, est remplacé par l'électricité, et les cames, maîtresses des mouvements des automates, le sont par des programmes informatiques.

La cafétéria du musée accueille Robot Snack, premier robot capable de servir un café, un sirop, une pomme, ou de faire une barbe à papa!

Alors que dans les Pas Perdus, Gilberto, charmant robot de 2 m. et 100 kg guidera les visiteurs dans les arcanes de monde robotisé qui nous attend! Des ateliers du robot seront proposés durant la durée de l'exposition.